L'AIRE DE RIEN | THEME | GEO | AUTEUR·TRICE

Les Taggs des jours

Les tag [1], les taggs,les taggs,
Die Jours, die Jours, die Jours,
Jours après jours, les taggs, toujours mettent du goût aux jours.


Parcourant les murs, fécondant les enceintes
Les taggs s’accouplent dans les plaintes,
Sans s’offusquer de plusieurs paternités.
Mais la faim des graffs, elle, est restée.
Nos parois doivent exister !
Du lait pour ces murs laids !
Nous têtons les bombes,
Nous fêtons ces frondes,
Entêtées contre nos tombes,
Le béton dont nous tombons
Sur la tête des tags, les taggs,
Die Jours, die Jours, die Jours,
Abat jour des jours, les taggs, mettent bas le lourd.

Les graffeurs sont nos tapissiers,
Ils tissent et stylent au fluide glacial.
Mais le roi ne les a pas commandés,
Pour qu’ils narrent leurs faits d’arme.
Sur les rames, sur les quais, dans les trams,
Il restera leurs faits d’âme.
Au plus haut étage, les tags, les taggs,
Die Jours, die Jours, die Jours,
Mis la nuit, vus le jour, les tags,ils cassent l’ennuis qui sourd.

D’une lignée aînée : l’annonce murale,
Est née, au fil des années, la scission filiale.
Le tagg et la publicité se sont ainsi spécialisés.
L’un cri mural, l’autre prix commercial.
Dès lors les deux bêtes ne purent plus s’accoupler.
A moins de n’être à l’autre létal.
Schmuck [2]de Munch, les tags, les taggs,
Die Jours, die Jours, die Jours,
Se succèdent les tags, et animent les cours.


Tatouage sur la peau nue des murs,
Imprimé dans la brique, couleurs apparasites.
Nos garde-fou portent blasons et armures
Parfois brouillon, parfois prodige, parfois souillon
Des troubadours sans musique veulent vivre la ville artistique.
Piller les murs pour ne pas être pilés
Telle est la devise qui fait grincer les dents au ciment.
Perlent des armes sur les murs,
Lamentations ou guerrière guérison.
Pain quotidien, les tags, les taggs,
Die Jours, die jours, die Jours,
Armures des mots d’amour.
Des cris perçants ont franchi les murs du son,

Dans la clameur des murmures,

Sans bruit, tout en écrit.

Dessinent des grattes pierre,

Mais où se situe la capitale du parle muraille ?

A Berlin, la ville qui a mûrie sur son Mur.

On crie Ma Liberté, murs d’idées, murs d’idées,

Les taggs comptent les jours, comme en amour, comme en prison.

Graffeur taggue nos jours, dévie nos visions,

Die Jours, die Jours, die Jours,

Inscris nos vies sur les murs sourds.


[1Der Tag signifie le jour en allemand